Techno-World : Dj's électroniques

ELECTRONIC DJ's & ARTISTS AROUND THE WORLD !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  YSKA_PROCESS_ban [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Yska11 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  YSKA_PROCESS__Hasta_siempre_vinyls [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  YSKA_PROCESS__Tekenergy
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  BONECRUCHER__Minimal_26 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  BONECRUCHER__Minimal_27 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  BONECRUCHER__Minimal_28 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  BONECRUCHER__Minimal_29 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  BONECRUCHER__Remember5
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  WILLYS__ban
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  DJ_MOHM_Slowcom-otiv_meltingo [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  DJ_MOHM_Lutin_vert
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  SLAUGHTER_VINY__ban [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  SLAUGHTER_VINY__Trance_003 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  SLAUGHTER_VINY__Hardcore_Special_003 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  SLAUGHTER_VINY__Industrial_Hardcore_005
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  NEUROTHERAPY_ban [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  DJ_NEUROTHERAPY__I_m_back_2 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Album310
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  TYGA_ban [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Goa_se10 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  TYGA__Darkset [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  TYGA__In_da_house_room
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  DJ_NEVER_DIE_ban [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Dj_nev11 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  DJ_NEVER_DIE__mix_promo_february_2013

Partagez
 

 [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart

Aller en bas 
AuteurMessage
virusx
Membre actif niveau 6
Membre actif niveau 6
virusx

Masculin Chat
REGION : IDF
MESSAGES : 66
POINTS : 3443
Participation aux Contests :
  • Aucune participation
Meilleure place en Contest :
  • Aucune participation


FEUILLE DE MEMBRE
STATUS: DJ / Producer
STYLE: HardCore

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Empty
MessageSujet: [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart    [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  EmptyMar 4 Sep - 15:01

C’est la rentrée !!

Le gentil petit beat ravi de son été (à Ibiza) se lançait sur le chemin de son club favori avec ses baskets toutes neuves et son ipoud rempli des dernières playlists à la mode!

Ravi d’aller se déhancher, il entendit au loin, sur le chemin de la soirée de la rentrée, une musique différente qui semblait vouloir l’attirer dans la direction opposée.

Son corps, comme envoûté, ne pouvait s’empêcher de commencer à danser. Plus il s’approchait, plus la basse s’intensifiait et les mélodies sombres l’attiraient : Le Grand Méchant Beat faisait son effet.

À cet instant, sa conscience (petit grillon bogoss qui sent le parfum et qui parle à l’oreille) tenta de l’arrêter « Malheur aux gentils petits beats qui se détournent de leur chemin et se laissent happer par le Grand Méchant Beat ! Jamais ils ne trouveront le bonheur en ce monde et, tôt ou tard, ils s’en repentiront amèrement. »

Le Gentil Petit Beat lui répondit « Cause toujours, mon grillon, tant qu’il te plaira : moi je sais où je vais jumper ce soir ! Cela m’amuse beaucoup plus de bondir sur les grosses basses et les snares dures plutôt que de me dissoudre dans un dancefloor de musique délavée. »

« Pauvre petit sot ! Tu ne sais donc pas qu’en agissant ainsi tu deviendras le plus pitoyable des ânes et que tout le monde se paiera ta tête ? », tenta encore le grillon… Mais il était déjà trop tard et la transformation était en marche, le Gentil Petit Beat était envouté !

Et oui, le Grand Méchant Beat aussi fait sa rentrée et comme à l’accoutumée, c’est avec fracas que cela se passera!

Pour ouvrir la saison 2, il est allé puiser au fin fond des abîmes sombres de la musique dure afin de vous proposer un plateau dévastateur, avec pour la première fois en France, LOWROLLER, l’italien qui déchaine les dancefloors et les charts hard depuis plus d’un an. Il sera accompagné du français TIEUM, l’un des artistes hardcore sans concession les plus respectés sur la scène internationale et de l’anglais The TEKNOIST, qui représente avec brio la scène UK Hardcore underground depuis près de 20 ans. À leurs côtés, le Grand Méchant Beat vous a concocté un cocktail détonnant, avec un versus par deux des meilleurs DJ’s speedcore, à savoir, DJ TENSE de New-York city et AXIOM notre poétique et destructeur DJ national. Le DJ et producteur rémois KILL ‘EM ALL sera également de la partie ainsi que notre résident AK47.

Rendez-vous donc le 06 Octobre pour l’édition 5 du Grand Méchant Beat à Glazart. Attendez des vous à une interro de haut niveau : Vous aurez 6 heures !

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  LeGrandMechantBeat-2-061012_front

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  LeGrandMechantBeat-2-061012_back
TIEUM [Audiogenic / Masters of Hardcore] FR

Tieum a fait ses débuts musicaux en tant que DJ de l’un des premiers sound systems français les Psykiatrik... Il se met rapidement à la production et dès la fin des années 1990 il s’impose comme l’un des grands producteurs français de musique hardcore avec notamment des tracks mythiques sur le label Tchernobeat. Tieum est rapidement repéré par des grands labels hollandais comme Megarave ou Masters of Hardcore et enchaîne les sorties à succès sans pour autant dévoyer sa musique aux claviers du mainstream. Tieum est aujourd’hui l’un des seuls artistes hardcore français à vivre de sa musique et a bénéficier d’une reconnaissance internationale de la part des plus grands artistes qui ont créé cette musique, ce qui lui vaut régulièrement d’être présent sur les scènes des plus grands festivals internationaux. Il était donc normal que cet artiste hors pair vienne déchaîner ses beats sur le floor du Grand Méchant Beat.


LOWROLLER [Nekrolog1k / Industrial Strength] IT

Élevé aux musiques électroniques depuis le plus jeune âge, Lowroller achète ses premières platines à 12 ans. Il fait ses armes dans le frenchcore sous le nom de D-Tox pendant quelques années mais n’y trouve pas son émancipation musicale. C’est il y a 4 ans qu’il décide de se lancer dans les musiques dures nouvelles, type darkstep et crossbreed. Il est rapidement repéré par des labels comme Industrial Strength ou Nekrolog1k sur lesquels il sort ses premières productions qui marquent la scène dure (labels et artistes). Depuis un an il enchaîne les sorties sur les plus grands labels et collabore avec de nombreux artistes dont les hollandais d'Angerfist. Après avoir écumé tous les plus grands festivals hard music de l’été 2012, Lowroller a choisi le Grand Méchant Beat pour sa première date en France !


THE TEKNOIST [Deathchant / Ninga Colombo] UK

The Teknoist est l’un des pionniers de la scène UK Hardcore, élevé au breakbeat et à l’acid house. Artiste polyvalent, The Teknoist développe une musique hybride influencée aussi bien par Bjork ou Squarepusher que par The DJ Producer ou Public Enemy. Ses nombreuses sorties sur des labels variés comme Planète Mu, Ad Noiseam, Deathchant ou encore son label Ninja Colombo fondé en 2005, témoignent de cette richesse et de cette diversité. Ses mixs en sont d’ailleurs le reflet, chaque prestation est un voyage musical intense et unique délivré par une technique implacable propre aux DJ’s anglais. The Teknoist offrira le 06 octobre prochain l’une de ses rares prestations sur le sol français au Grand Méchant Beat. Let’s Rock !


AXIOM vs TENSE [Party Uniq vs Apocalypse Recordings] FR vs US

Âme sensible s’abstenir !! Le Grand Méchant Beat vous a concocté un cocktail qui risque d’être explosif sur le dancefloor.
D’un côté, DJ TENSE, New-Yorkais exilé à Berlin (pour notre grand plaisir), officie depuis plus de 15 ans sur le label américain Apocalypse Recordings avec ses amis Fiend et Nevermind. DJ à la technique dévastatrice, TENSE, se produit régulièrement en Hollande, en Allemagne et le 06 Octobre, se sera son grand retour sur les dancefloors parisiens.
De l’autre côté, AXIOM, DJ passionné de la scène underground depuis plus de 17 ans, membre du crew Party Uniq depuis la première heure et l’un des plus talentueux DJs speedcore français, a retourné les dancefloors des soirées depuis près de 10 ans sans relâche. Les mixs d’Axiom, c’est un voyage psychédélique aux confins de la musique extrême, distillé avec une douceur et une technique déconcertante.
Vous l’aurez donc compris, le final risque d’être : INTENSE !!


KILL'EM ALL [Party Trax] FR

Issu de la free party et de la rave underground, Kill’Em All fait partie de ceux qui ne se sont pas laissés bercer par les douces mélodies hardtech et tribe. Kill’Em All aime et vit le hardcore et cela se ressent aussi bien à travers ses productions musicales (anthem Ground Zero, Party Trax 002) que ses mixs. DJ hors pair, il connaît les bonnes mixtures pour retourner un dancefloor et Kill’Em All l’a démontré plus d’une fois, que ce soit lors des festivals Ground Zero en Hollande ou à l’occasion de la deuxième édition de Megarave France.


AK47 [Party Uniq / Epileptik]

Derrière les platines depuis 1993, AK47 est l’un des activistes old schoolers de la scène électronique dure française.
De l’early rave au hardcore industriel, de la drum and bass à l’électro en passant par le dubstep, la technique de mix est l’un des éléments clefs de ses prestations scéniques tout comme sa volonté de mettre le feu au dancefloor.
De nombreuses mixs tapes entre 1995 et 2000 (Stormcore, New Skin, Enthropy), deux CD de mixs – l’un pour l’organisation hollandaise I Hate Trance et l’autre pour le label français hardcore Epileptik, avec l’un des seuls mixs early rave / old school produit par un DJ français.
En 1997 il crée avec ses acolytes le groupe BudBurNerZ qui deviendra rapidement une référence mondiale de la scène hardcore pour ses sonorités uniques avec plus de 17 EP et 6 albums, dont deux sur le label Epileptik.
AK47 est également un promoteur actif à travers deux organisations qu’il a créées, Party Uniq et Bass Nation.
En Juin 2010, il a été élu co-président de l’association Technopol - Techno Parade.

VISUELS & INSTALLATIONS by VJ EYE [Invisible VJ's]

▬▬▬PARTENAIRES▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

EIGHTEEN SECONDS
Facebook Eighteen Seconds
TOOLBOX RECORDS
TOOLBOX sur Facebook
SOON NIGHT
ILLEGAL PARTY

▬▬▬INFOS PRATIQUES ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

PREVENTES UNIQUEMENT SUR DIGITICK :
PAF : 12 € en prévente (hors frais de loc) / 15 € sur place
HORAIRES : 00h-06h

INFO :
PARTY UNIQ
GLAZART
7-15 Avenue de la Porte de la Villette 75019 Paris
Revenir en haut Aller en bas
http://www.partyuniq.com
virusx
Membre actif niveau 6
Membre actif niveau 6
virusx

Masculin Chat
REGION : IDF
MESSAGES : 66
POINTS : 3443
Participation aux Contests :
  • Aucune participation
Meilleure place en Contest :
  • Aucune participation


FEUILLE DE MEMBRE
STATUS: DJ / Producer
STYLE: HardCore

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Empty
MessageSujet: Re: [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart    [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  EmptyMar 4 Sep - 15:03

Et pour commencer une nouvelle série d'interviews, voici celle de Lowroller, le tueur italien des dancefloors européens armé de son crossbreed très méchant

Lowroller, on entend ta musique partout dans le monde ces derniers temps, tu joues dans tous les gros festivals et fêtes hardcore, mais on ne te connaît pas ! Parle-nous un peu de toi.

J'ai été très intéressé par la musique électronique dès l'âge de 12 ans et c’est aussi à cet âge que j’ai acheté ma première paire de platines et commencé à engranger des disques, principalement du 4x4. Quelques années plus tard j'ai aussi commencé mixer de la hard drum and bass, la combinant avec mes disques hardcore, pour le fun.

Le hardcore a toujours été toutes ces années un bon moyen pour moi d’échapper à mes frustrations et c’est aussi un compagnon de toute mon adolescence, mais bien-entendu pas le seul style de musique que j'ai écouté durant tout ce temps. J’ai toujours aimé la musique électronique dans sa diversité, de la musique comme le hip hop/breakbeat, les Jungle Brothers et des trucs comme ça, ou le début de The Prodigy en passant par les kicks durs de Promo jusqu'aux dirty break de Bong Ra.

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Bienn

Tu as commencé la musique en faisant du frenchcore sous le nom de D-Tox et maintenant ta musique est plus orientée vers le crossbreed, la hard drum and bass, le hardcore industriel. Comment s’est faite l’évolution? Quels ont été tes premiers pas dans la hard drum and bass et le crossbreed ?

J'en ai eu marre du frenchcore en tant que style et en tant que mouvement. Le niveau moyen des productions est assez médiocre et c’est pratiquement toujours la même recette, une répétition permanente. À un moment, j'ai eu à choisir entre rester dans un milieu qui ne me satisfaisait pas sur un grand nombre de points ou continuer à faire ce que j'aime vraiment faire sans me soucier trop des conséquences. J’ai donc persévéré et après plusieurs heures de travail en studio j'ai envoyé ma première création à mon ami David (Homeboy, 50 % de AK Industry) qui dirigeait seul le label Nekrolog1k à ce moment là. Il m'a donné ma chance et une première version de Mixbreed Soldier et Raise Of The Abyss (avec Komprex) a vu le jour. Nous avons alors commencé à travailler étroitement ensemble jusqu'à ce que je m’engage aussi dans la gestion du label en tant qu’associé, et ouvre un sous-label technoïde appelé Lowbreed.

A peu près au même moment, j'ai été en contact avec Thrasher et j'ai rejoint la famille PRSPCT en tant qu’artiste, je suis sorti sur plusieurs labels comme Masters Of Hardcore, Future Sickness & Industrial Strength.

J’ai également croisé sur mon chemin des personnes qui m’ont apporté beaucoup de soutien et qui ont été essentielles pour propulser mon son au plus haut niveau. Mes amis Negative A, Producer et Stormtrooper furent les premiers à commencer à foutre le feu aux dancefloors partout dans le monde avec ce que je faisais à l'époque et plus tard Outblast, Angerfist & Promo ont également donné une chance à mes titres. Après ces débuts on peut dire que le son de Lowroller est entièrement opérationnel, en place pour durer. L’Italie a une assez grosse scène de musiques électroniques et musiques électronique dures. On a de grosses soirées commerciales orientées mainstream et frenchcore et aussi une très grosse scène free party underground (parmi les plus grosses en Europe).

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Avectrasher

Quelle est ton opinion sur ta scène locale ? Es-tu souvent booké en Italie ?

Très honnêtement je ne définirai pas notre scène locale comme sensationnelle: les plus grandes soirées hardcore que nous faisons en Italie ne sont souvent que des mauvaises copies des gros events tels qu’ils ont lieu aux Pays-Bas ou en Belgique et il n'est même pas utile de mentionner le reste.

Nous avons une petite scène d’activistes, ils ramènent du son nouveau au gens (comme les militants de Culture Assault en Italie du Nord) et ils bookent de la hard drum and bass et des groupes metal dans le même événement, ce qui me semble une excellente idée car notre musique a beaucoup d’éléments en commun, même si l’une est jouée par un ensemble de Djs et l'autre par des groupes de musiciens. Je suis heureux de voir que beaucoup de gens commencent à se rendre à des festivals hors d'Italie et qu’ainsi ils commencent à se rendre compte de ce qu’ils ont pu rater jusqu'à présent de ce qu’est la vraie musique.

Pour parler de ma situation actuelle, je n’ai qu'une seule date de prévue dans mon pays d'origine sur les 30 bookings que j'ai actuellement dans mon agenda, mais comme je l'ai dit quelques lignes plus haut, je suis sincèrement content de la manière dont les choses se passent actuellement et je ne suis pas vraiment impatient que ça change.

Le crossbreed est devenu un truc énorme ces derniers mois et beaucoup d'artistes vont vers ce style. Certains disent que c'est un nouveau style, d'autres disent que c'est juste une évolution logique de musiques telles que le UK hardcore, le breakcore et tous ces styles musicaux qui incluent du breakbeat dur. D'autre part, le goût des gens tend à se tourner vers une musique plus dure, quand vous voyez toutes les grosses fêtes hard drum and bass en Europe de l'est ces dernières années avec une musique très dure.

Le crossbreed pourrait donc être juste une version obscure et dure de la drum and bass ? Quel est ton avis à ce sujet ?

Je pense que la scène crossbreed est maintenant scindée en deux : d'un côté nous avons les plus expérimentaux, toujours tournés vers la hard drum and bass, et d'autre part il y a une scène plus orientée dancefloor.

La scène darkcore est vraiment calme depuis quelques années et je vois déjà le crossbreed prendre sa place sur de nombreux dancefloors dans plusieurs soirées et gros festivals. Bien qu'à mon avis, la combinaison des deux soit encore plus intéressante... La diversité est la clé de tout!

A propos de hard drum and bass, j'ai vu beaucoup de gens qui critiquaient le crossbreed parce que trop différent de ce qu’est le darkstep ou le militarystep. Honnêtement, je regarde ces personnes comme des gens ayant une vue très limitée sur ce qu'est le paysage actuel des musiques électroniques dures, je suppose que toute cette haine vient du fait qu'ils sont maintenant obligés de faire avec. On n’est pas obligé de choisir entre l'un ou l’autre mais peut-être que le darkstep a quelque chose de frais à apporter à ce stade.

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Avecpublic

Tu as de nombreuses sorties, actuelles et à venir, et tu joues partout. Tu arrives à vivre de ta musique ? Si oui, que faut-il faire pour être au courant des nouveaux outils et techniques, pour pouvoir constamment renouveler sa musique, etc. ? Quel est ton processus d'apprentissage : vidéos, conseils technique de potes, ou des techniques secrètes Shaolin ancestrales ; du vaudou peut-être?

Mes concerts me garantissent actuellement un salaire mensuel confortable et comme roue de secours il me reste à passer environ 5 examens afin de devenir ingénieur en informatique. Le plan c’est de bosser dans la musique tout en conservant quelque chose sur quoi compter plus tard, il me reste juste à voir comment tout cela va se mettre en place.

Le monde de la musique électronique nous oblige à suivre les nouvelles normes et technologies tout le temps, pour rester à jour, vous ne pouvez pas simplement vous en tenir à ce que vous savez déjà, mais vous devez trouver un compromis entre le respect de vos délais et l’expérimentation des derniers logiciels, matériels et DAW. Pour gagner sa vie de la musique il faut accepter d’être constamment dans un processus d'apprentissage sans professeur, et avec seulement votre tête pour décider de ce que vous allez faire et où vous allez aller. Aujourd'hui, il y a beaucoup de tutoriaux en ligne que vous pouvez regarder, mais beaucoup vous montreront beaucoup choses déjà faites maintes et maintes fois (les milliers de tutoriaux pour les sons wannabe skrillex etc…).

La seule chose qui fonctionne pour moi, c’est de prendre le temps en studio, chercher LE son et chercher jusqu’à temps que tu l’ais. C’est dur, ça prend beaucoup de temps, c’est difficile, parfois frustrant, mais comme toujours, la manière forte est la bonne.

Le sacrifice humain peut aussi aider.

Retrouvez cette interview sur le nouveau méchant blog Eighteen seconds
et sa version anglaise originale sur notre site Party Uniq
Revenir en haut Aller en bas
http://www.partyuniq.com
megara aka shudderlady
ADMINISTRATEUR T-W²
ADMINISTRATEUR T-W²
megara aka shudderlady

Féminin Coq
REGION : Lorraine
MESSAGES : 8807
POINTS : 17001
Participation aux Contests :
  • Contest 04 (2008)
Meilleure place en Contest :
  • 1/2 FINALE


FEUILLE DE MEMBRE
STATUS: DJ/VDJ
STYLE: Trance

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Empty
MessageSujet: Re: [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart    [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  EmptyJeu 6 Sep - 7:55

Info ajoutée au > CALENDRIER ! Wink


Ah je viendrais lire cette interview plus tard, ce matin, je n'ai pas trop le temps.

En tous les cas, merci de venir nous les poster, comme je l'ai déjà dit, c'est toujours intéressant !!! top merci


_________________
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Bannie12
Revenir en haut Aller en bas
http://megara911.wordpress.com/
virusx
Membre actif niveau 6
Membre actif niveau 6
virusx

Masculin Chat
REGION : IDF
MESSAGES : 66
POINTS : 3443
Participation aux Contests :
  • Aucune participation
Meilleure place en Contest :
  • Aucune participation


FEUILLE DE MEMBRE
STATUS: DJ / Producer
STYLE: HardCore

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Empty
MessageSujet: Re: [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart    [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  EmptyMar 11 Sep - 14:27

Merci Megara, comme d'hab', toujours au taquet Smile

Voici la 2e interview de notre série pour la soirée:

Pour la seconde interview de la soirée Le Grand Méchant Beat #5, nous avons décidé de frapper très fort en vous proposant celle de DJ Tense, DJ et producteur des sons les plus méchants depuis près de 18 ans. Son parcours musical l'a fait sortir sur les plus grands labels, il a créé le sien, Apocalypse Recordings tout en passant son temps dans de grands studios New Yorkais en tant qu'ingénieur du son.

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Dj_Tense1

DJ Tense, tu viens de New-York, qui n’est pas LA ville pour la techno hardcore dans le monde. Pourtant, tu bénéficies d’une forte notoriété internationale grâce à tes sorties sur Apocalypse Recordings (ton label), Industrial Strength, etc… ainsi qu’à tes talents de DJ. Raconte-nous comment tout cela a commencé pour toi !

J’ai commencé le djing de manière professionnelle quand j’avais 16 ans, en 1994 en prenant n’importe quel booking que l’on pouvait me proposer. J’ai joué dans les soirées illégales à Brooklyn et dans l’énorme Forest Park du Queens ainsi que dans beaucoup de raves early hardcore new-yorkaises.
En 1996 j’ai aussi eu ma première sortie sur le label Industrial Strength avec The Tyrant et AXYS-DEZA, sous le nom « F.U.H.D » qui a rapidement été suivi d’une sortie sur leur autre label Bastard Loud toujours sous le nom « F.U.H.D ».
Quelques années après, the Tyrant et moi, nous avons rencontré DJ Nevermind, et avons commencé à produire de la techno hardcore et speedcore extrêmement agressive. Aucun label n’en voulait arguant du fait que la musique était trop rapide pour les DJs.

En 2000, The Tyrant, Nevermind et moi avons décidé de créer notre propre label, Apocalypse Recordings et un groupe appelé « Hellz Army ». Notre première sortie sur Apocalypse Recordings s’est faite sous ce nouveau nom et nous avons créé et produit quelques tracks devenus légendaires avec des supers samples des films SPAWN et 1984. Rapidement après, nous avons sorti des disques sur B.E.A.S.T. Records, D.Y.E. Records, Cunt Records et bien d’autres. Nous avons également continué nos sorties sur Apocalypse Recordings avec d’autres producteurs de New-York comme Merk, Al :i et Naked Slice qui sont aussi les organisateurs des meilleurs soirées hardcore underground à New-York.

Les années se sont enchaînées ainsi que les sorties sur Apocalypse Recordings et elles se poursuivent encore aujourd’hui. Nevermind et moi avons un album sous le nom de « MentalRot » qui devrait sortir le 11 Septembre 2012 sur le label Unearthed Records. Encore du speedcore industriel pour nos fans !


Quelles sont tes influences musicales ? As-tu commencé par le djing ou la production musicale ?

J’ai été influencé par de nombreux styles de musique. Mais ce qui m’a vraiment marqué c’est la techno. J’ai commencé le djing quand j’avais 14 ans avec le hip hop. Un an plus tard un ami a commencé à venir chez moi pour me faire écouter des cassettes techno. J’ai beaucoup aimé la techno mais j’ai continué à mixer du hip hop. Peu de temps après, un autre ami à moi est venu avec une mixtape par DJ Repete. Dans ce mix il y avait des morceaux de Lenny Dee, Rob Gee et la plupart des meilleurs morceaux hardcore jamais produits. Le morceau Fuckin’Hostile de Lenny Dee ou le Nonshlen Tustokken de Rob Gee ont vraiment attiré mon attention. C’était la première fois que je ressentais le caractère profane de la techno et que j’entendais des guitares dans cette musique. C’était la techno la plus agressive que j’avais jamais entendu. Et comme j’avais écouté du métal toute mon adolescence, la combinaison de cette techno façon métal l’a complètement fait pour moi.

J’ai arrêté d’acheter des disques de hip hop et commencé à chercher et à acheter des vinyls de techno hardcore. Toutes les semaines au lycée, je jeûnais à midi pour mettre de l’argent de côté afin de pouvoir m’acheter quelques disques de hardcore à Manhattan. C’était très amusant de chasser les disques de hardcore à New-York. Peu de magasins en avaient… mais avec le temps, j’ai trouvé de plus en plus de magasins qui vendaient des disques de hardcore à New-York. J’ai aimé le hardcore Hollandais pendant un petit moment. Je jouais ces disques tout le temps.

Mais après quelques temps, la musique commençait à trop se ressembler pour moi. Alors avec mes amis Douglas et Ruben nous avons décidé de faire notre propre musique. Nous sommes allés au magasin Twice as Good records dans le Queens. Ils avaient un studio dans leur sous sol. Nous avons fait un morceau avec l’aide d’un mec qui s’appelait Carl. Quelques mois plus tard nous avons appris que le Carl en question était le Carl du groupe D.O.A. Nous nous sommes sentis comme les ados les plus cool du Queens après ça. Mais le studio est devenu trop cher à louer, alors nous avons cessé d’y aller, mais dans le même temps, un ami nous a montré un logiciel gratuit appelé Fasttracker 2. Nous avons appris à l’utiliser et n’avons jamais cessé de « tracker ». Alors je pense que mes plus grandes influences au moment où j’ai commencé à produire et à mixer ont été Lenny Dee, Rob Gee et D.O.A.

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Dj_Tense3

Tu as choisi un style plutôt extrême de hardcore. Comment vois-tu le speedcore en comparaison avec les autres styles ? Ce n’est pas la meilleure musique pour danser. Quel sentiment aimes-tu créer quand tu joues cette musique ?

Pour moi le speedcore n’est pas vraiment une musique de danse. C’est plus pour écouter de la musique. C’est un peu comme la musique death métal dans l’esprit. Quand les gens vont à un concert death métal, ils n’y vont pas pour danser. Ils y vont pour écouter et apprécier la musique.
Pour moi, le speedcore c’est pareil. Le speedcore n’est pas vraiment une musique pour danser, c’est plus un son créatif que seules les personnes qui ressentent le tempo explosif comprendront, elles souriront sur la musique comme je le fais, pour sa vitesse extrême.

Ensuite il y a ceux qui arrivent en fait à danser sur le speedcore en écoutant à 150bpm dans leur tête un track qui va à 300bpm, demi tempo, comme je le fais. Mais pourquoi est-ce que je fais de la musique aussi rapide si je l’écoute à demi tempo me demanderez vous… Et bien je trouve que ça sonne super cool quand c’est très rapide. Comme le double bass drumming dans le métal avec des groupes Behemoth et Fleshgod Apocalypse. Pour être honnête, je ne joue pas autant de speedcore que j’en produis.

Je suis un DJ alors j’aime jouer tous les styles de core music allant de 150 bpm à 250 bpm, et quelques fois je monte autour des 320 bpm. Le même bpm tout au long d’un set sera toujours barbant. Même dans mes morceaux speedcore je descends le tempo de moitié, par exemple avec un morceau à 300 bpm dans une partie, puis 150 bpm dans une autre. J’aime que les choses restent intéressantes et laisser les gens deviner. Et s’il y a des personnes qui ne peuvent danser sur mes sets à 300 bpm, qu’ils attendent quelques instants et le tempo redescendra de moitié au prochain breakdown.

Lorsque je joue autour de 300 bpm, je me produits généralement avec Nevermind. Nous ne sommes jamais vraiment allés vers le style speedcore mitraillette qui n’a pas de break ou alors quelque chose d’intéressant se passe avec les roulements de drums. Alors quand je joue quelque chose de rapide, je joue la musique que nous produisons. Je ne cherche pas vraiment à créer un sentiment. Je cherche plus à attirer l’attention de quelques-uns… ont-ils entendus ce magnifique son drum avant le break ou est-il passé trop vite pour qu’ils l’entendent ? Mais au final c’est de la musique électronique et on doit pouvoir danser dessus, mais quand tu viens de New-York city et que tu n’as pas tant d’occasion que cela de voir comment ta musique speedcore fera réagir un dancefloor, il est difficile d’anticiper comment un club blindé, n’importe où, va réagir à une musique de ce genre.

En tant que producteur, j’aime le speedcore et j’en composerai toujours.
En tant que DJ, je sais que le speedcore n’est pas le meilleur choix pour une salle pleine de gens qui dansent. Même si ça a été une soirée speedcore toute la nuit. Une fois, à Frankfurt j’ai joué après un DJ speedcore, le dancefloor était plein. J’ai commencé avec un disque de Promo à 150 bpm et suis monté jusqu’à 280 bpm et le danceflloor est resté plein tout au long de mon mix. Il y a longtemps, un ami DJ et une de mes idoles m’a dit « garde-les sur le dancefloor, c’est tout ce que tu as à faire ». Et c’est ce que j’essaie de faire à chaque fois que je joue.

[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Dj_Tense2

Tu as joué dans de nombreux pays en Europe ces dernières années. Quels ont été tes meilleurs moments? Quel est le pays “speedcore” en Europe?

Tout d’abord j’ai eu trop de bons moments dans les soirées en Europe pour n’en citer que quelques unes. Mais là, ce qui revient à l’esprit… 25 Décembre 2011 à « Army of Hardcore » à Oberhausen en Allemagne.

J’ai fait un mix avec de la drum and bass, puis du hardcore industriel pour finir avec du New-York city speedcore. Le public a adoré. Ils étaient complètement hystériques, ils sautaient dans tous les sens, dansaient, etc. J’ai eu un super répondant de la part des gens dans la salle où j’ai joué et j’ai passé un super moment à jouer pour eux.
Le pays le plus speedcore en Europe est sans conteste l’Allemagne. Spécialement Berlin. Il y a une soirée speedcore presque tous les mois et quelques fois même deux soirées speedcore le même mois. Il n’y a pas longtemps on a même eu deux soirées speedcore le même soir.


Tu habitais à New-York et maintenant tu es à Berlin. Pourquoi es-tu venu vivre en Europe ? Meilleure vie ?

Berlin me fait penser à New-York il y a 15 ans. Un peu plus crade, il y a des bons et des moins bons graffitis un peu partout et il y a une scène musicale hallucinante à Berlin. Etre plus proche de là où ça se passe pour les DJs dans les pays voisins en habitant à Berlin est un plus c’est sûr. Cette ville m’inspire beaucoup pour faire de la musique tous les jours et explorer de nouvelles facettes de la musique core.

J’ai passé de bons moments dans l’un des meilleurs studios de mastering à New-York, Kevorkian Mastering, j’ai adoré. J’ai aussi travaillé dans de nombreux studios New-Yorkais pendant les 10 dernières années.
Je continue à faire du mastering à Berlin pour Industrial Strength et beaucoup d’autres labels américains mais la plupart de mes clients dans le mastering habitent en Europe alors cela ne change pas grand chose à mon travail. Juste l’environnement autour de moi.
Donc oui j’ai décidé de quitter New-York pour être plus près de la musique que j’aime dans une ville où je me suis senti chez moi du moment où j’y ai mis les pieds. Une meilleure vie, c’est sûr.

Retrouvez cette interview sur le nouveau méchant blog Eighteen seconds
Revenir en haut Aller en bas
http://www.partyuniq.com
Contenu sponsorisé




[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Empty
MessageSujet: Re: [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart    [06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[06/10/2012] Le Grand Méchant Beat #5 @ Glazart
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Techno-World : Dj's électroniques :: ARCHIVES TECHNO-WORLD :: ARCHIVES TECHNO-WORLD :: # ARCHIVES GENERALES TECHNO-WORLD-
Sauter vers: